yukizuri

S'abonner !

Au coeur de la culture japonaise

[Roman] Une carte pour l'enfer - Miyabe Miyuki

le 10/04/2014 à 23h

Première lecture d'une auteur pourtant talentueuse. Miyabe Miyuki remportera le prix Yamamoto pour ce roman policier qui s'avère finalement être culturel !

Résumé

Honma est en arrêt maladie. Lorsque son neveu vient lui demander son aide pour retrouver sa fiancée qui semble avoir fugué, son instinct policier le fait malgré tout le remettre en fonction. L'enquête prend un tour beaucoup plus sérieux quand on découvre que la disparue a menti a son amant.

Shoko n'a ainsi jamais été son vrai nom ; et son passé demeure trouble. Alors que le neveu souhaite arrêter les investigations ici pour ne plus souffrir des découvertes, Honma décide de poursuivre ses recherches.

S'ensuit alors une description détaille du monde du crédit japonais, tout comme un voyage aux travers de nombreuses préfectures pour retrouver la trace de la jeune fille. Le policier finira-t-il par assouvir sa soif de réponses ?

Critique

L'enquête en elle-même ne vaut pas le détour. Le rythme est plutôt lent, et les découvertes aussi rares que les réflexions complexes du personnage principal. Le dénouement laisse songeur, mais ne m'a pas convaincu. Attention à ne pas mal interpréter : le roman reste bien ficelé, est l'intrigue bien mené, en revanche, il ne fait pas le poids face à d'autres histoires du même genre comme Le Dévouement du Suspect X.

La réussite du roman tient dans sa critique du monde du crédit, et des moeurs humaines. Écrit dans les années 90, c'est à dire au moment de l'éclatement de la bulle speculative japonaise, qui a été une source de remise en question économique pour l'ensemble de la population, l'ouvrage offre un réel contrepoint aux problématiques de l'endettement. Exemples, (superbes) métaphores, dialogues explicatifs : tous les moyens sont bons pour nous faire comprendre la méthode de pensée japonaise, et plus largement humaine.

Pourquoi nous endettons nous ? L'auteur réfute ici l'idée que cela n'arrive qu'aux personnes irresponsables, et son point de vue est fantastique à découvrir.

Conclusion

Non moins pour son suspens que pour sa qualité sociologique, Une carte pour l'enfer est un roman plutôt court qui laissera derrière lui un sentiment de satisfaction, mais qui sera finalement peut être vite oublié.

Commentaires