yukizuri

S'abonner !

Au coeur de la culture japonaise

[Single] Takane no Ringo - NMB48

le 12/04/2014 à 17h

J'en avais parlé ici lors de la preview sur youtube, et aujourd'hui, il est temps de passer le single au peigne fin ! Takane no Ringo, dernier single des NMB48 sorti fin mars

YRCS-90040

Prologue

Le single n'a pas été disponible jusqu'à maintenant ; que ce soit sur des sites francophones comme Nautiljon, ou des domaines comme jpddl, tous deux connus pour leur uploads rapides, impossible de trouver Takane no Ringo.

Ce phénomène annonce peut être un durcissement de la lutte contre le téléchargement ; rappelons qu'il est mal de ne pas acheter les singles, mais les fans occidentaux n'ont pas accès à la plupart des sorties japonaises car celles-ci ne sont pas franchisées en France.

Jusqu'à maintenant, la pratique n'a jamais été punie dans le monde du disque, alors qu'on le voit dans le monde du manga où des internautes et traducteurs français sont parfois forcés de ne plus diffuser les chapitres en direct du Japon, sous la pression des éditeurs français qui les sortent, eux, quelques mois plus tard.

Bref, quoiqu'il en soit, si vous voulez profiter de cette critique, voici trois liens vers les types A, B, et C, uploadés par mes soins.

Takane no Ringo [Type A] - NMB48 Takane no Ringo [Type B] - NMB48 Takane no Ringo [Type C] - NMB48

Critique

  1. Takane no Ringo (5/5)

    Une intro plutôt longue mais pétante sur un solo de guitare électrique, voilà qui annonce la couleur. Le couplet fait pour moi la réussite du morceau. Les voix sont d'abord douces (0:28) puis une sorte de pont redynamise le tout (0:40). Cette alternance reviendra jusqu'au refrain, excitant et puissant. Un single comme on en faisait plus ! À comparer à Kitagawa Kenji.
  2. Isshuukan, Zenbu ga Getsuyoubi Nara Ii no ni... (2/5) Moins originale, on revient vraiment sur la chanson d'idoles type : une instrumentation au piano, au tempo modéré, et des voix guillerettes. Difficile de se souvenir de l'air de Isshuukan cinq minutes après avoir l'écouté ...
  3. Prom no Koibito (3/5) Auto-tuned le retour. On en avait jusqu'à plus soif sur Kamonegix, et le voilà de retour sur cette chanson digne d'une team A des AKB48. Le refrain est rythmé, et pourtant on a du mal à adhérer pleinement à l'ambiance. Peut-être que l'instrumental est trop électronique ? C'est dommage car l'air et les voix tout de même jolis.
  4. Mizukiri (2/5) Et une balade. Le début commence, pour moi, très mal : une veille lamentation d'une voix qui se veut angélique. Chantée par les Akagumi menée par Watanabe Miyuki, ce n'est clairement par leur tasse de thé. Fade, les voix ne se distinguent pas alors que c'est d'habitude la seule force de ces chansons lentes. On regrette Renai Higai Todoke.
  5. Yama e Ikou (4/5) Voilà une chanson douce qui part toute de suite beaucoup mieux. Le piano est laissé seul pour accompagner un petit ensemble de voix joli comme tout. Suit un solo de guitare électrique, puis un couplet rythmé. Tous les ingrédients sont là pour qu'on apprécie. L'utilisation de choeur sert véritablement le morceau, et le refrain rentre dans la tête dès la première écoute ! Une bien belle surprise pour cette dernière piste du single.

Conclusion (6.4/10)

La piste principale vaut le détour, mais comme souvent le reste ne suit pas. Yama e Ikou demeure une bonne surprise, inventive, légère, mais classique à la fois (cf l'éternel solo de guitare électrique en fin de morceau). Le single vaut néanmoins son prix, et je conseillerais le type C.

Commentaires