yukizuri

S'abonner !

Au coeur de la culture japonaise

[Roman] Le Cercle de famille - Kojima Nobuo

le 26/01/2015 à 10h

De la Seconde Guerre Mondiale à aujourd'hui le Japon n'a cessé de s'occidentaliser, et cela passe par un bouleversement de la cellule familiale traditionnelle. C'est ce que s'apprête à vous décrire Kojima Nobuo grâce à une métaphore bien sentie d'un soldat américain hébergé par des Tokyoïtes. Entre projets et trahisons, le complexe couple d'hôtes formé par Shunsuke et Tokiko va tenter tant bien que mal de s'adapter au temps qui passe.

Résumé

Le père est traducteur de publications anglaises et en connaît déjà donc un peu sur l'Amérique quand le soldat arrive chez lui pour demander l'hospice. Nous sommes 20 ans après la guerre, et les restes de rancoeurs ont laissé place à la curiosité. La femme, Tokiko, n'y fait pas exception. Trompant son mari qui le devinera bien plus tard, elle se présente comme une mère au foyer lasse de sa vie d'épouse. D'un caractère lunatique, elle construit projet sur projet (mariages, nouvelle maison) pour laisser plus tard le soin des détails à son mari.

Le fils représente la génération née après la guerre. Celle portée par un taux d'embauche incroyable qui laissait alors libre cours à l'imagination de ses futurs salarymen dans leurs études. La fille, moins bruyante mais aussi plus gamine, s'affiche finalement comme la plus réfléchie de la famille.

Ce soldat qui est venu et parti comme pour planter son drapeau sur une terre et s'en aller n'est finalement pas si important. Le cœur du roman réside dans sa description de l'évolution de la famille de Shunsuke suite à cet « incident ». Découvrez l'histoire d'un mari épris et d'une femme triste, d'enfants distants, d'une bonne omniprésente... Entrez dans le « cercle familial ».

Critique

L'écrit est très instructif. Ne connaissant que très peu cette période de l'histoire japonaise, j'ai été agréablement surpris de découvrir un regard critique et complexe de l'occupation passive américaine. Par la fierté d'une famille qui cherche à obtenir la climatisation américaine quand bien même celle-ci ne serait pas encore perfectionnée ou par l'opposition frontale en public de Shunsuke et du soldat, on découvre une relation bien plus complexe que le conflit ou l'amitié.

Ce qui est agréable, c'est que ce thème américain n'en est en fait pas un. Il sert simplement de déclencheur, une manière de déséquilibrer des fondations qui menaçaient déjà de s'effondrer. Aucune description amère d'une occupation américaine, mais plutôt une réflexion sur les changements d'une société si traditionnelle.

N'attendez pas du « Cercle de famille » des rebondissements et de l'action mais un rythme plutôt lent et des réflexions introspectives. C'est pour ça qu'il peut être difficile à aborder ou à finir quand bien même on l'apprécierait. Les dialogues sont riches et les descriptions des pensées menées par Shunsuke sont souvent d'une qualité exceptionnelle.

[...] Sans compter que leur faiblesse avait été percées à jour. Surtout, Shunsuke se demandait si Tokiko et lui ne risquaient pas de faire figure de spectres à leurs propres yeux. [...] Il s'inquiétait à l'idée d'avoir lui-même perdu sa vigueur, mais ce qui faisait monter jusqu'à lui l'odeur de la vieillesse, c'était cette espèce de laideur malsaine qui stagnait dans l'aspect de Tokiko. Elle se levait à grand-peine le matin, et il lui arrivait de rester immobile, sur le lit. Shunsuke restait planté derrière elle et la regardait. Au bout d'un moment, Tokiko agitait la main et lui lançait d'une voix dure: "Va-t'en !" Deux raisons expliquaient l'attitude de Shunsuke. D'abord il était à deux doigts de laisser exploser son envie folle de la prendre dans ses bras, ensuite il tenait à lui montrer qu'il désapprouvait son comportement en tant que maîtresse de maison, maintenant qu'ils n'avaient plus de bonne, et c'était pour lui signifier: "Tu te lèves, oui ou non ?"

Conclusion

Le personnage principal, Shunsuke, comme le reste de la famille sont très attachants. Un roman un peu long qui nécessite sûrement une certaine maturité si on souhaite mieux l'apprécier. Il n'en demeure pas moins un bon témoignage d'une partie de l'histoire du Japon qu'on connaît trop peu.

Commentaires

Sophie le 26/01/2015 à 16h

Cette critique me donne bien envie de lire ce livre !

Risshi le 26/01/2015 à 19h

C'est intéressant, je vais garder ce livre dans ceux a lire car je suis encore trop jeune pour comprendre vraiment le sens de cette histoire. Mais sinon le livre a l'air intéressant.

Mayia le 26/01/2015 à 20h

Je suis en se moment très curieux sur le japon et sa façon de pensée ,,,,,
Un peu dans le même thème, un film de Akira Kurosawa "Rhapsodie en Août "

yukizuri le 09/02/2015 à 00h

@Sophie je ne peux que t'encourager à le faire :)

@Risshi C'est faire preuve de maturité que de dire qu'on est trop jeune haha !

@Mayia Je vais essayer de voir ce film au plus vite et te dirais ce que j'en ai pensé alors :)