yukizuri

S'abonner !

Au coeur de la culture japonaise

[Policier] Un Café maison - Keigo Higashino

le 30/11/2013 à 11h

Un an après la publication du Dévouement du suspect X, l'écrivain revient à la charge avec un nouveau roman policier pour essayer de nous faire revivre l'expérience d'un crime hors du commun.

Synopsis

M. et Mme Mishiba ont le parfait attirail du couple heureux: une belle et grande maison, un jardin, des amis qu'ils invitent à dîner régulièrement, et tous les deux s'accomplissent dans leur emploi. Un enfant serait l'unique élément qui parachèverait ce tableau harmonieux.

Un week-end pendant lequel Ayané, la femme dévouée à son mari, s'absentera suffira à détruire ce parfait équilibre: M. Mishiba sera retrouvé mort le dimanche soir, empoisonné par de l'arsenic dans son café. L'inspecteur Kusanagi arrive sur les lieux peu après, accompagné par une nouvelle collègue qui semble décidée à soupçonner Ayané.

S'ensuit alors une course vers la vérité entre les enquêteurs, Kusanagi étant de son côté tombé sous le charme de la jeune veuve. Mais si c'est réellement la femme de M. Mishiba qui a tué son mari, la question la plus importante n'est pas le "pourquoi ?", mais le "comment ?".

Critique

Le style est identique à celui du policier précédent, Le Dévouement du suspect X, direct et sans fioritures. Ce qui prime, c'est l'enquête et les hypothèses que formuleront progressivement les enquêteurs.

Encore une fois, le physicien Yukawa servira de maître lors de cet enquête: ses interventions sont comme celles d'un observateur omniscient qui rapidement a démêlé le noeud de l'intrigue mais cherche à le faire deviner aux autres, plutôt qu'à l'exprimer directement.

Le crime parfait ne le reste cependant que quelques pages. Il est honteusement dommage que le dénouement soit si précipité. Alors que le roman tisse un cadre complexe au récit, dans lequel des protagonistes se rajoutent au fur et à mesure - l'employée d'Ayané, une ex de M. Mishiba, puis ses parents - cet environnement n'est finalement que peu exploité.

Il est difficile d'exprimer des reproches à l'égard de ce livre, bien ficelé et captivant. Cependant, je reste sur ma faim en terminant la dernière page. C'est, comparé au roman précédent du même auteur, une déception que de voir la clé de l'énigme s'expliquer si rapidement. Bâcler serait un terme exagéré, mais la complexité du crime reste bien au dessus de sa compréhension et de sa mise en évidence. On serait presque d'avis de se ranger du côté du criminel pour attester de son ingéniosité.

Conclusion

Un roman policier teinté du goût de l'auteur pour les approches scientifiques des crimes. Keigo Higashino aime à imaginer des crimes parfaits, celui-ci en est un, mais seulement le temps d'une demi-page, et c'est cruellement dommage.

Commentaires